Tu n’as pas de blog ? Mais comment est-ce possible ?

Tu sais, aujourd’hui c’est indispensable.

Oui merci, je sais.

Dans mon activité de conseil il m’est arrivé cent fois de recommander avec autorité à tel ou tel client de s’y mettre séance tenante. J’ai mille fois plaidé pour qu’ils se lancent sur

tel ou tel réseau social.

Pourquoi ai-je donc vécu jusqu’à aujourd’hui dans une sorte de Moyen-Age numérique ?

Par humilité d’abord. Je ne suis pas certain d’avoir à émettre quelque avis, décisif ou même pertinent.

J’ai fait, à la direction d’un quotidien national l’expérience de l’édito quotidien. Je me souviens des délices de l’écriture à chaque fois que l’actualité avait du talent ainsi que du supplice de certains jours de disette.

Pour tout dire je ne hais rien de moins que tous ces experts autoproclamés certains de l’impérieuse nécessité de leurs commentaires. Ils savent tout sur tout. Des méandres de la politique nationale aux vicissitudes de la scène international ; des aléas de l’économie mondialisée aux recettes sociales forcément géniales ; ils ont connaissance de tout et un avis sur davantage encore. La parole leur tient lieu de compétence et l’idée qu’ils se font de leur science constitue leur principale vertu. Interrogez- les sur la révolution Egyptienne, le prochain G20 ou la protection phytosanitaire des cultures d’agrume, ils ont un truc à dire ! Pas moi, pas toujours, pas sur tout.

En revanche j’éprouve le besoin , m’exprimant de temps à autre dans les médias, participant à des débats à la radio ou à la télévision, de pouvoir échanger avec ceux qui m’écoutent parmi d’autres, partagent mon avis ou mieux encore souhaitent le discuter.

Je crois aux vertus du doute comme moteur des idées.

Les sociétés de certitude où chacun s’aligne bien en rang conduisent au totalitarisme et emplissent tôt ou tard les fosses communes et les charniers.

Ce blog a moins la prétention de lâcher au rythme du métronome des professions de foi sentencieuses que de participer au débat et de nourrir avec qui voudra le doute qui doit rester la seule certitude de la pensée.

Jean-Luc Mano

Tags // , ,

Trackback à partir de votre site.

DERNIERS POSTS