Santé, le bilan caché des Présidents – METRO du 22/02/2012

François Mitterrand et son docteur, Claude Gubler, en 1994. Photo : APESTEGUY/SIPA

Santé, le bilan caché des Présidents

Un documentaire diffusé ce mercredi soir sur France 3 met en lumière le tabou de la santé des présidents. Aujourd’hui encore, le secret médical règne à l’Elysée

Les check-up présidentiels relèvent-ils du secret défense ? La santé des chefs de l’Etat a toujours été une question sensible sous la Ve?République, rappelle « La Maladie du pouvoir », documentaire diffusé ce mercredi soir sur France 3.“C’est le tabou ultime, plus que le sexe et l’argent”, nous affirme son réalisateur, Philippe Kohly, “très étonné” que le sujet n’ait jamais fait jusqu’ici l’objet d’une enquête fouillée. Car il y a matière. La culture du secret a régné en maître sous Georges Pompidou, qui, malgré les rumeurs, a caché jusqu’au bout la vérité sur le cancer du sang qui allait l’emporter en cours de mandat.
Elle s’est transformée en mensonge sous François Mitterrand : se sachant atteint d’un cancer de la prostate cinq mois après son élection, le socialiste a publié pendant dix ans des bulletins de santé n’en faisant pas état. Aujourd’hui encore, Nicolas Sarkozy, qui avait pourtant promis en mars 2007 au “Grand Journal” de Canal+ qu’il ferait de son médecin “une vedette”, se contente du minimum syndical. Si son “malaise vagal” de l’été 2009 a bien été rendu public, on n’a appris que deux mois plus tard, et par un livre, qu’il avait été hospitalisé en octobre 2007 au Val-de-Grâce pour traiter un léger abcès à la gorge.

Transparence ou voyeurisme
Pourquoi une telle discrétion ? “Une visite à l’hôpital est beaucoup moins secrète qu’auparavant, avec la multitude de médias, mais on continue à cacher, on continue à mentir. Car la question de la santé des Présidents met en cause la notion d’exercice du pouvoir”, explique le conseiller en communication politique Jean-Luc Mano.
Pas question, en quelque sorte, que le “capitaine du navire” montre ses faiblesses. “Cela dit, poursuit le communicant, si votre affection ne vous empêche pas de gouverner, je ne vois pas pourquoi il faudrait la révéler au grand jour : il ne faut pas confondre transparence et voyeurisme.”
Davantage de transparence serait néanmoins “hautement souhaitable”, diagnostique de son côté le politologue Philippe Braud : “Sans aller aussi loin qu’aux Etats-Unis, où les hommes politiques sont obligés d’étaler leurs états de service médicaux, il faudrait au moins que les candidats à la présidentielle arrêtent de mentir quand ils disent qu’ils seront transparents sur leur dossier médical.” L’un d’eux prendra rendez-vous chez le docteur en mai prochain.

____________________

Un documentaire édifiant

Oser dénoncer la maladie d’un Président est un crime impardonnable. Le docteur Claude Gubler l’a appris à ses dépends en dévoilant, dans un livre, l’incapacité de François Mitterrand à remplir sa charge officielle car il était atteint d’un cancer de la prostate.
Partant de cette histoire qui a défrayé la chronique en 1996, le réalisateur Philippe Kohly propose un documentaire passionnant et ultradocumenté sur la santé de nos dirigeants. De Georges Pompidou à Nicolas Sarkozy en passant par François Mitterrand et Jacques Chirac, « La Maladie du pouvoir » lève le voile sur une question essentielle mais encore taboue.
Diffusion ce soir à 20 h 35 sur France 3. Suivi à 22 h 10 d’un débat animé par Samuel Etienne

Tags //

Trackback à partir de votre site.

DERNIERS POSTS