On revient vers vous!

le 2 mai 2012, David Abiker m’a invité à un exercice particulier et instructif, comparer le débat d’entre deux tours de la présidentielle à un entretien d’embauche.

 

Vous pouvez retrouver la vidéo de cette émission « On revient vers vous » en cliquant ici.

Artistes : soutenir un candidat de droite est-il un suicide commercial ? – Atlantico.fr

 

Atlantico : En 2007, Faudel, Doc Gynéco, Mireille Mathieu ont soutenu Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. Aujourd’hui leurs carrières respectives sont en difficulté. Peut-on dire que le soutien apporté au candidat de droite a précipité leur déclin ?

Je crois que l’on ne peut pas systématiser. Quand on est un artiste, il est périlleux de prendre position, dans une campagne électorale, à l’opposé de ce que son public pense qu’on doit et qu’on va faire. Les publics de Faudel et Doc Gynéco ont été stupéfaits de voir ces deux artistes s’engager aux côtés de Nicolas Sarkozy. De fait, ces deux artistes avaient un public massivement hostile à Nicolas Sarkozy. Ce choc-là peut provoquer des difficultés d’un point de vue commercial, mais en réalité un artiste indiscutablement installé, qui a un public structuré et soudé, conserve son public. Même s’il perd quelques personnes ça et là, il récupère ce public perdu ailleurs.

Cela fait des décennies que des grands artistes français amènent à voter pour des candidats de droite sans que ça leur porte ni préjudice, ni malédiction éternelle.

Cela fait des décennies que des grands artistes français amènent à voter pour des candidats de droite sans que ça leur porte ni préjudice, ni malédiction éternelle.

Cette année, c’est l’acteur Gérard Depardieu, qui après de nombreux déboires, a apporté publiquement son soutien à Nicolas Sarkozy. Il s’est d’ailleurs exprimé lors du meeting du Président-candidat à Villepinte et a été fortement critiqué pour cela. Quelles conséquences professionnelles cela peut-il avoir pour l’acteur ?

Les soutiens de Nicolas Sarkozy au meeting de Villepinte

Il peut y avoir des critiques acerbes dans les titres de presse ou les autres médias. Mais ce genre d’artiste a atteint un taux de notoriété et d’estime de la part de son public tellement important qu’une décision de cette nature ne peut fondamentalement changer le cours de leur carrière.

C’est le cas de Johnny Hallyday ; il est l’exemple absolu d’un artiste qui peut s’engager tout en conservant son public quel que soient les orientations politiques de ses publics.

Quant à Mireille Mathieu, si elle a perdu son public c’est parce qu’elle n’en avait déjà plus beaucoup en France, sa carrière se fait à l’étranger. De plus, on connait en moyenne l’âge de son public mais pas sa répartition politique !

Moins vous êtes populaire moins votre public est large, plus il est typé : il constitue une niche. Un artiste qui est sur un créneau si étroit n’a pas la liberté d’exprimer ses prises de position, car si sa niche se ferme, il n’a plus de public.

Et le procès se paye plus durement quand le transfert se fait de gauche à droite que l’inverse. Il y a dans la conscience collective, dans la presse et plus particulièrement dans la presse de l’actualité culturelle l’idée qu’un artiste est logiquement à gauche. On considère donc qu’il trahit quand il migre vers l’autre camps.

D’où vient cette idée que le milieu artistique doit être politiquement à gauche ?

Le monde de la culture a globalement des idéaux qui sont proches de la gauche. Si on admet l’idée que la droite représente l’ordre, alors les artistes sont de gauche car la création culturelle, la création artistique, le monde des artistes est un monde qui vit moins bien avec l’idée d’ordre que le reste de la population. Ce monde-là est de gauche en Europe et démocrate aux États-Unis.

En France, il faut donc du courage quand on est un artiste de droite, en particulier lorsqu’on n’est pas un artiste populaire donc pas assuré de son public. Car les milieux culturels sont assez rétifs à accueillir des artistes qui peuvent exprimer des idées qui ne sont pas dans une forme de pensée culturelle – si ce n’est unique – qui est majoritaire.

Est-il antinomique de parler d’artiste de droite?

Non, c’est possible ! Il y a des écrivains des artistes, des comédiens, des chanteurs qui sont de droite et l’ont affiché mais c’est un engagement qui est plus difficile à affirmer que d’être de gauche ce qui semble naturel dans le milieu.

Il y a 40 ans être de gauche était dangereux pour un artiste. Ils n’avaient pas d’accès à la télévision, les chansons étaient censurées à la radio et à la télé sur ordre du pouvoir. Il y a toujours eu des artistes proches du parti communiste ou de la gauche radicale, mais ces artistes estampillés « gauche » étaient peu nombreux, ils étaient une dizaine : on avait l’anarchiste Léo Ferré, le communiste Jean Ferrat etc. Aujourd’hui les choses ont évolué. Il s’agit désormais des artistes de droite qui sont un peu pénalisé et c’est d’ailleurs pour cela qu’ils s’engagent un peu moins.
Quand on n’interdira plus mes chansons, Jean Ferrat

A quel moment la tendance qui visait à brimer les artistes de gauche a t-elle basculé ?

La gouvernance de Valéry Giscard d’Estaing a constitué le moment de la bascule. Par sa personnalité, il a mobilisé les intellectuels et les artistes de gauche. Mais irrités par le mode de gouvernance de Valéry Giscard d’Estaing, les artistes se sont par la suite retournés vers les socialistes et ont soutenu les socio-démocrates ce qui était très rare à l’époque.

En 1981, 80% des artistes français qui s’expriment sont en faveur de la gauche. François Mitterrand était un homme de grande culture, qui a toujours défendu les intellectuels. Il a mis en place Jack Lang qui a beaucoup compté pour les artistes de ce pays qui a créé la Fête de la Musique et a fait beaucoup en termes de symboles. C’est donc naturellement que François Mitterrand a fédéré le monde de la culture autour de lui pour les deux élections.

Lionel Jospin ne soulevait pas les foules. De nombreuses personnes ont appelé à voter pour Jacques Chirac en 1995 car elles avaient envie d’alternance.

En 2002, tous les artistes étaient contre le Front National et donc pour Jacques Chirac de manière obligatoire.

Et en 2007, les artistes se sont répartis assez également entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Mais le succès de Nicolas Sarkozy en 2007 est dans le mercato : il a réussi à rallier des gens qui traditionnellement étaient à gauche. Il montrait ainsi qu’il allait au delà de la droite et qu’il était l’objet de rassemblement. Il n’avait pas une cote formidable dans les banlieues donc Faudel et Doc Gynéco l’aidaient à ne plus passer pour le fasciste dans les banlieues que décrivait la gauche.

Ils se sont donc ainsi commercialement suicidés ?

Il s’agit plutôt d’une prise de risque que d’un suicide. Leur public ne leur a pas pardonné ce moment qu’ils ont vécu comme une trahison. C’est un public assez entier et même sectaire car quand on aime quelqu’un pour ce qu’il représente dans le milieu artistique c’est absurde de le sanctionner pour une prise de position politique.

Propos recueillis par Axelle Ewagnignon

Atlantico.fr : « Campagne Sarkozy : les visages de « la firme » 2012″


Le président de la République deviendra officiellement candidat ce soir. Les « Sarko boys » 2012 seront-ils à la hauteur de leurs prédécesseurs de 2007, second rôles influents starifiés par le film « La Conquête » ?

Une réunion de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, dans le film « La Conquête ». Crédit Emilie de la Hosseraye / Mandarin Cinema – Gaumont 2011

Dans le film La Conquête, qui retrace l’accession au pouvoir de Nicolas Sarkozy en 2007, ils étaient les « sarko-boys » ou « la firme », le premier cercle des proches du candidat de l’UMP. En 2012, qui va composer l’équipe de conseillers au premier rang de la campagne ?

Jeunes loups ou routards rodés de la politique, issus des quartiers populaires ou des classes favorisées, militants UMP de longue date ou fraîchement ralliés au parti présidentiel : pour sa nouvelle équipe de campagne, Nicolas Sarkozy a choisi des profils divers, en misant notamment sur de solides pointures intellectuelles pour développer la stratégie politique.
Stratégie politique : Mignon, Buisson et Guaino à la manœuvre
Le président

de la République va reconduire le trio qui avait contribué à l’élaboration de son programme de 2007.

Major de l’ENA, passée chez Luc Besson en 2010, Emmanuelle Mignon vient ainsi d’effectuer son retour. Ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, c’est elle qui est actuellement en charge de réécrire et condenser le livre sur le quinquennat que le chef de l’Etat doit publier en mars. Catholique fervente, elle jouera un rôle important dans la campagne, mais probablement dans l’ombre, comme à son habitude. Le chef de l’Etat ne connaît que trop bien sa valeur. Son principal adversaire également : selon l’Express, François Hollande la redoute, car il la voit comme la principale artisane du renouveau de la droite en 2007.

Autre stratège politique, Patrick Buisson. Nicolas Sarkozy avait reconnu publiquement qu’il lui devait sa victoire de 2007. Le patron de la chaîne Histoire et conseiller politique du Président joue un rôle prépondérant dans cette campagne. On lui prête la responsabilité de ce que nombre de commentateurs veulent voir comme un virage à droite, même si lui préfère parler de « retour au peuple ». Pour lui, travail, autorité, responsabilité – les valeurs mises en avant dans l’interview au Figaro Magazine de Nicolas Sarkozy – sont celles qui emportent l’adhésion des catégories populaires. Selon Buisson, Nicolas Sarkozy a gagné en 2007 pour avoir su attirer à lui et faire revenir ces catégories populaires dans le jeu politique. S’il doit gagner en 2012 ce ne sera qu’en les mobilisant à nouveau.

Henri Guaino figurera également dans cette équipe de stratèges de premier plan. Conseiller spécial du Président, il conserve sa confiance. Gaulliste, étatiste, il a été en 2007, la « plume » des discours invoquant Jaurès et Blum en début de campagne. Il pourrait constituer l’aile « sociale » du triptyque stratégique entourant le président. Moins discret médiatiquement qu’Emmanuelle Mignon ou Patrick Buisson, il est aussi celui qui est le plus au contact des militants.

Quoi qu’il en soit, le programme du candidat Sarkozy devrait être inspiré par le chef de l’Etat lui-même. Comme l’a indiqué à Atlantico le journaliste devenu conseiller en communication politique Jean-Luc Mano : « le programme de Nicolas Sarkozy sera fait par Nicolas Sarkozy. C’est quelqu’un qui, sur les idées, délègue peu. Il a sa perception de la politique et du peuple français ».
Les premiers rôles de la campagne 2012

Au-delà des stratèges politiques, plusieurs personnalités joueront des rôles clés au sein de l’organisation de campagne.

C’est ainsi Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Environnement, qui sera porte-parole du candidat Sarkozy. Laurent Wauquiez était lui-aussi évoqué pour ce poste, mais il semble – provisoirement ? – hors-jeu.

Guillaume Lambert, chef de cabinet de Nicolas Sarkozy à l’Elysée devrait diriger la campagne (René Ricol, le Commissaire général à l’investissement ayant décliné le poste).

Une demi-douzaine de porte-paroles thématiques pourraient être nommés. Parmi eux, Geoffroy Didier, membre de la Diagonale, un club de réflexion plutôt à gauche, mais aussi Sébastien Huyghe ou les secrétaires d’Etat Nora Berra et Benoist Apparu.

Jérôme Lavrilleux, le directeur de cabinet de Jean-François Copé à l’UMP, serait lui en charge de la logistique.

Les hommes de confiance à l’Elysée de Nicolas Sarkozy joueront également un rôle majeur. Pour certains, cela sera la seconde campagne présidentielle, comme Franck Louvrier, directeur de la communication de l’Elysée, Pierre Giacometti, ancien patron de l’Ipsos et conseiller opinion, ou encore Camille Pascal, conseiller élyséen notamment en charge des médias.

« Il reprend ceux qui l’ont fait gagner en 2007, rien de plus normal, ça le rassure, c’est une manière de renouer avec les recettes gagnantes de la campagne précédente », note pour sa part Ruth Elkrieff, journaliste à BFM-TV, également interviewée par Atlantico.

Toutefois, le président-candidat cherche également à insuffler du sang frais dans sa campagne.
De nouveaux visages…

Objectif, selon Ruth Elkrieff : « renouveler la génération sarkozyste, en tablant sur des gens prêts à tout, qui ne pensent pas à eux-mêmes, mais à lui… à le défendre et le promouvoir ».

Parmi les nouvelles têtes, Guillaume Peltier. Arrivé à l’UMP en 2009, il en est, depuis janvier 2011, secrétaire national chargé des études d’opinion et des sondages. Ses années d’engagement à l’extrême-droite, il les balaye d’une formule : « c’était une sorte de crise d’adolescence politique ». Passé par le Front national de la jeunesse, il sera ensuite numéro deux du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers, où il percera comme porte-parole du candidat en 2007 . Ministres et militants UMP se l’arrachent désormais.

De son côté, la médiatique Valérie Rosso-Debord, membre de la « cellule riposte » de l’UMP, s’est installée dans un rôle de porte-flingue.
… qui passent en partie par la « diversité »

Tout comme en 2007 avec Rama Yade et Rachida Dati, Sarkozy veut mettre en avant des figures « issues de la diversité » pour renouveler ses troupes. « Il s’efforcera de maintenir la diversité, car aucun gouvernement ne peut y échapper. La diversité ne se limite pas à Rachida Dati, d’autres peuvent la remplacer », estime Michèle Cotta, dans un entretien pour Atlantico.

En 2012, ce sont à nouveau deux femmes qui devraient être mises en avant : Jeanette Bougrab, déjà nommée présidente de la Halde, puis devenue secrétaire d’Etat à la Jeunesse et la Vie associative en novembre 2010. Elle pourrait jouer au gouvernement un rôle accru en cas de victoire de Nicolas Sarkozy.

Agée de 41 ans, Salima Saa ( fille de harkis comme Jeannette Bougrab) devrait elle-aussi tirer son épingle du jeu. Elle dirige aujourd’hui – bénévolement – l’Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances ) où elle a notamment lancé un « club des entreprises » pour favoriser les bonnes pratiques en matière de diversité et d’emploi des jeunes. Le président apprécie cette femme dynamique, même s’il ne la connaît que depuis la fin de l’année 2011. Elle sera candidate UMP aux législatives à Roubaix.
Quelle perspective pour les membres de « la firme » 2012 ?

Que deviendra la nouvelle génération du Sarkozysme, an II ? Cinq ans après la « rupture », Jean-François Kahn, le fondateur de l’hebdomadaire Marianne, interrogé par Atlantico, se montre grinçant. Il prend comme exemple les têtes d’affiche de l’ancienne-nouvelle génération : Hervé Morin ? « Il a décidé de changer de camp en une après-midi, pour obtenir le poste de ministre de la Défense. Aujourd’hui, c’est monsieur 0%. » Bernard Kouchner ? « Il était l’homme politique le plus populaire en France, il a aujourd’hui disparu… » Fadela Amara ? « Tout le monde l’aimait. Elle est à l’heure qu’il est, elle s’est évanouie, enfumée. » Et les autres ? « Je ne parle même pas de Jean-Marie Bockel. Qui connait M. Bockel aujourd’hui ? ». Les membres de la nouvelle « firme » savent aussi les risques qu’ils prennent.

 

Bröllopsklänning är en oumbärlig del av bröllopet. Vackert bröllop är deras favorit långa liv i den vackraste symbolen för att visa renheten i färg vit och elfenben och champagne Slida brudklänningar.